Ajouter à mes dossier
Moritomi SAEGUSA

Sanctuaire shintō Kinpu-jinja


Transcription modernisée

大和国吉野郡[現在の奈良県吉野町]吉野山にある。延喜式には、金峯神社名神大とされ、月次、相嘗、新嘗を進ぜられるとの記述が見られる。祭神は少彦名神と言われている。賀茂の役小角が吉野山に修行した時、神社の本地仏を現わそうと、蔵王権現を感得し、約8メートルの像を造立した。承暦三年[1079年]十一月金峯山で塔の供養が行われた。後醍醐天皇がこの山を仮の宮殿となさった。貞和五年[1349年]正月十四日、越後守・高師泰、同じく武蔵守・高師直が襲撃してきた折、後村上天皇は、天川の奥、賀名生へ落ち逃れになった。皇后や家臣たちの宿所は火にかけられ、高さ7.5メートルの金鳥居、金剛力士が安置された二階門、威徳天神社の130メートルの長さがあった廻廊、三十八箇所の蔵王堂に至るまで、ことごとく灰塵となった。その後、豊臣秀吉太閤の時に、総てをもとに復興したと言う。

(Aide en cas de problème d'affichage des caractères japonais)

Traduction

Le sanctuaire shintō Kinpu-jinja se trouve sur le mont Yoshino, district de Yoshino, province de Yamato [actuelle Yoshino, préfecture de Nara]. Dans les Engi-shiki 1, il était classé en catégorie myōjin-dai 2 et on y organisait les cérémonies Tsukinami 3, Ainame 4 et Shinjō 5. Selon toute vraisemblance, la divinité Sukunahiko no mikoto y était vénérée. En no Ozunu, originaire de la région de Kamo [Kyōto], médita dans la montagne, et eut une vision. Dans celle-ci, Zaō Gongen lui apparut comme la réincarnation bouddhique de la divinité shintō de ce lieu. Il éleva une statue de 8 m de haut. Au 11e mois de l’an 3 de l’ère Jōreki [1079], un stūpa fut consacré sur le mont Kinpu. L’empereur Go-Daigo y ouvrit un palais provisoire pour la cour du Sud. Le 14e jour du 1er mois de l’an 5 de l’ère Jōwa [1349], Kō no Moroyasu, gouverneur de la province d’Echigo et Kō no Moronao, gouverneur de la province de Musashi y attaquèrent l’empereur Go-Murakami de la cour du Sud. Il parvint à s’enfuir à Kanafu en amont de la rivière Ten no kawa. Les résidences de l’impératrice et des nobles furent toutes incendiées. Le feu ravagea également le grand torii 6 doré d’une hauteur de 7,5 m, le porche à un étage où se trouvait la statue de Kongō-Rikishi 7, la galerie de 130 m de long du sanctuaire shintō Itokuten-jinja, et détruisit jusqu’aux trente-huit pavillons Zaō-dō. Le taikō 8 Toyotomi Hideyoshi reconstruisit le lieu dévasté.

Notes

  1. 1. Réglements de l’ère Engi stipulés sous le règne de l’empereur Daigo, au début de l’époque de Heian. Ils décrivent les cérémonies et le système de la cour sous l’ère Engi (901-923).
  2. 2. Catégorie de sanctuaires shintō dédiés aux divinités particulièrement importantes. Ce terme apparaît pour la première fois dans le Shoku-Nihon-gi.
  3. 3. Cérémonie dirigée par le ministère des Affaires religieuses (Jingi-kan) deux fois par an, le 11e jour des 6e et 12e mois du calendrier lunaire, pour la paix du pays et la prospérité de l’empereur.
  4. 4. Cérémonie qui précède la cérémonie Niiname. On y offre la récolte de riz de l’année aux 71 sanctuaires shintō situés autour du palais impérial.
  5. 5. Cérémonie dirigée par l’empereur le 2e jour du lièvre du 11e mois du calendrier lunaire, pour offrir aux dieux la récolte de riz de l’année et partager le repas avec eux.
  6. 6. Portique en bois laqué rouge ou en pierre, situé à l’entrée d’un sanctuaire shintō. Il sert symboliquement à limiter le domaine du sanctuaire en séparant le monde sacré et le monde profane. Les torii peuvent être uniques ou en succession.
  7. 7. Manifestation du bodhisattva Vajrapani.
  8. 8. Titre donné aux sesshō (régents), dajō-daijin (ministres des Affaires suprêmes), et kanpaku (grands rapporteurs). S’applique également aux hommes qui cèdent leur titre de kanpaku à leur fils.

Commentaire

Le sanctuaire est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2004 dans le cadre des sites sacrés et chemins de pèlerinage dans les monts Kii. Plus de trente mille cerisiers de deux cents espèces différentes sont plantés sur le mont Yoshino.


Index


Permalien pour cette notice

http://www.guimet-photo-japon.fr/notices/notice.php?id=57