Ajouter à mes dossier
Moritomi SAEGUSA

Jardin du temple bouddhique Seiken-ji


Transcription modernisée

駿河国庵原郡[現在の静岡県静岡市清水区]興津清見寺町にある。巨鼇山清見興国禅寺求玉院と号する臨済宗妙心寺派の禅寺である。魯国の教叟和尚が創建し、関東十刹のひとつである。その後、持統院将軍足利尊氏が関聖明元和尚に中興させた。後、今川義元の叔父・雪斉長老[太原崇孚]が、住職となり修理を加えた。寺前からは、川や海が遠く広がり、清月が禅の心を照らし、背後には山嶺が厳然とそびえて、鳥の泣き声や鐘の音に調和している。庭には、九つの清水が流れ、四君子[注:その高貴な美しさを君子にたとえていう梅・菊・蘭・竹の総称]を朝鮮より移し植え、四季折々に花をつける。龍が臥して法の教えを聞くかのごとくに枝を垂れる梅は、羅浮の芳夢に等しいと言える。

(Aide en cas de problème d'affichage des caractères japonais)

Traduction

Situé dans la commune de Seiken-ji, ville d’Okitsu, district d’Iohara, province de Suruga [actuel arrondissement de Shimizu, Shizuoka, préfecture de Shizuoka], le temple, dont l’appellation officielle est Kogō-san Seiken Kōkoku Zen-ji Kyūgyoku-in 1, pratique les enseignements de l’école bouddhique de la secte Zen Rinzai 2 du temple Myōshin-ji. Devenu l’un des Dix Temples Importants de la région Est du Japon, il fut, à l’origine, fondé par le grand moine révérend Kyōsō oshō. Kyōsō était d’origine chinoise, de l’État de Lu. Le temple eut comme patron Ashikaga Takauji, appelé Jitō-in shōgun 3, le 1er  shōgun Ashikaga. Celui-ci demanda à Kansei Myōgen oshō de s’occuper du développement du temple. Plus tard, le grand moine Sessai chōrō [dit Taigen Sūfu], oncle d’Imagawa Yoshimoto, prit le poste de jūshoku 4 et réalisa l’aménagement du temple. Au pied de la porte du temple, la mer s’étend à perte de vue, la lune claire illumine l’esprit du Zen 5. Les montagnes se dressent dans le dos du temple. Tout cela est en harmonie avec le chant des oiseaux et le son de la cloche. Neuf ruisseaux traversent le jardin du temple, où fleurissent en toute saison les quatre arbres nobles transplantés de Corée, appelés ensemble shikunshi 6. Il y a notamment un prunier qui étend ses branches pendantes tel un dragon qui s’abaisserait pour écouter la loi bouddhique. Ce prunier fait penser à la légende chinoise Rafu no hōmu 7.

Notes

  1. 1. « Pavillon Kyūgoku du temple de la secte zen Seiken Kōkoku du mont Kogō-san ».
  2. 2. Une des branches du bouddhisme Zen. Fondée par le moine chinois Rinzai sous la dynastie Tang, elle a été introduite au Japon par Eisai en 1191.
  3. 3. « Monsieur le généralissime du temple Jitō ».
  4. 4. Supérieur de temple bouddhique.
  5. 5. Secte bouddhique qui attache de l’importance à la méditation en position assise (zazen). Son fondateur est le moine chinois d’origine indienne Bodhidharma (en japonais Daruma). La pratique a été introduite au Japon depuis la Chine vers l’époque de Kamakura.
  6. 6. Les quatre arbres nobles : prunier, chrysanthème, orchidée et bambou.
  7. 7. Dans cette légende chinoise, un homme monte sur le mont Rafu où il rencontre une beauté au parfum exquis. Ils mènent une conversation agréable, et après force coupes, il cède au sommeil. Quand il se réveille, la mystérieuse beauté a disparu, et à sa place, il trouve un prunier.

Commentaire

Situé sur une colline qui donne sur la baie de Suruga, le temple est connu pour sa vue magnifique. Le train de la grande ligne Tōkaidō traverse l’enceinte du temple.


Index


Permalien pour cette notice

http://www.guimet-photo-japon.fr/notices/notice.php?id=124