Ajouter à mes dossier
Moritomi SAEGUSA

Portail du monastère bouddhique du mont Ōbaku


Transcription modernisée

黄檗山万福寺の山門の風景である。山城国宇治郡五箇庄大和田村[現在の京都府宇治市五箇庄]にあり、臨済派の禅宗の寺である。開山の隠元和尚は、中国の明の福建省福州市の福清市東林の林氏の子である。名を隆琦、字を隠元という。後光明天皇の時代、承応三年[1654年]に帰化して、臨済宗の教えを伝えた。万治二年[1659年]、将軍徳川家綱公が、この名勝を隠元に授け、開山の初祖として寺を創建させた。寛文元年[1661年]九月、伽藍を建立し、寺を黄檗と名づけた。同十三年[1673年]四月二日、後水尾上皇が隠元に特別に大光普照国師の号を与えた。山門の扁額は、隠元和尚の筆である。

(Aide en cas de problème d'affichage des caractères japonais)

Traduction

Vue sur la grande porte du monastère bouddhique Manpuku-ji, sur le mont Ōbaku. Situé dans la commune d’Ōwada du domaine Gokashō, district d’Uji, province de Yamashiro [actuelle Gokashō, Uji, préfecture de Kyōto], le temple appartient à l’école bouddhique Rinzai 1 de la secte Zen 2. Le révérend Ingen oshō, fondateur de ce monastère, était originaire de la ville de Fuqing dans la province du Fujian en Chine. Né sous la dynastie Ming, il était issu de la famille Lín. Prénommé Ryūki [en chinois Longqi], il fut connu sous le prénom d’Ingen [en chinois Yinyuan]. Sous le règne de l’empereur Go-Kōmyō, en l’an 3 de l’ère Jōō [1654], il vint au Japon pour y répandre l’enseignement de l’école bouddhique Rinzai 3. En l’an 2 de l’ère Manji [1659], Ietsuna, le 4e shōgun Tokugawa, lui donna ce site merveilleux et lui demanda d’y fonder un temple. Au 9e mois de l’an 1 de l’ère Kanbun [1661], le garan 4 fut achevé et le temple fut baptisé Ōbaku. Le 2e jour du 4e mois de l’an 13 de la même ère [1673], Ingen se vit conférer par l’empereur retiré Go-Mizunoo le titre posthume de Daikō Fushō kokushi 5. La calligraphie sur le grand portail est de la main d’Ingen.

Notes

  1. 1. Une des branches du bouddhisme Zen. Fondée par le moine chinois Rinzai sous la dynastie Tang, elle a été introduite au Japon par Eisai en 1191.
  2. 2. Secte bouddhique qui attache de l’importance à la méditation en position assise (zazen). Son fondateur est le moine chinois d’origine indienne Bodhidharma (en japonais Daruma). La pratique a été introduite au Japon depuis la Chine vers l’époque de Kamakura.
  3. 3. Une des branches du bouddhisme Zen. Fondée par le moine chinois Rinzai sous la dynastie Tang, elle a été introduite au Japon par Eisai en 1191.
  4. 4. Ensemble des bâtiments importants dans l’enceinte d’un grand temple bouddhique. Au Japon, leur disposition (garan haichi) est déterminée par chaque école et selon l’époque.
  5. 5. « Grand révérend national qui illumine le pays pour l’éternité par sa grande lumière ».

Commentaire

Le temple propose aujourd’hui la fucha ryōri, une des cuisines bouddhistes, importée de Chine par le fondateur du temple à l’époque d’Edo.


Index


Permalien pour cette notice

http://www.guimet-photo-japon.fr/notices/notice.php?id=110